Thés

Sur les traces du thé noir

Le thé noir diffère du thé vert par son oxydation complète. Les feuilles sont cueillies, roulées puis séchées et bien souvent fragmentées mécaniquement pour faciliter leur traitement et pour qu’elles rentrent plus aisément dans les petits sachets. Car c’est le thé qui a longtemps été le plus – le seul –  consommé en Europe. Il fallait donc pouvoir facilement le transporter et le conserver longtemps. Voilà probablement la vraie raison du thé noir, bien moins consommé en Asie que le thé vert !

Côté santé, ses bénéfices sont d’être un bon antioxydant, mais bien moins efficace que le thé vert. Mais son vrai avantage est son parfum qui se prête à de délicieux mélanges. Cela en fait une boisson plutôt tonique grâce à sa teneur en théine (caféine), un bon réveille-matin pour ceux qui en éprouvent le besoin.

Les pays producteurs de thé noir sont principalement la Chine, l’Inde et le Sri-Lanka. Bien des noms de thés noirs vous sont certainement connus, vu le succès de ce thé dans le monde occidental. Citons le Darjeeling indien, le Lapsang souchong, le Yunnan chinois et les thés noirs de Ceylan, ancien nom du Sri Lanka.

Envie de goûter un thé noir aux saveurs épicées ? Passez-nous voir chez Natorea à Tournai pour un bon thé de qualité bio et les conseils de dégustation !

Géraldine

Herboriste diplômée et cofondatrice de Natorea, l’univers du thé (des thés !) et la super-nutrition sont mes domaines de prédilection. Tout en privilégiant la voie scientifique, j’explore avec passion les perspectives holistiques du bien-être, notamment l’approche ayurvédique ou énergétique. Fermement engagée dans les questions d’éthique et d’environnement, je souhaite mettre mon expertise au service d’une santé respectueuse de l’humanité et de la nature, de la Terre à la Tasse.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *